Accueil Livre 4 PROFESSIONS ET PROFESSIONNELS DE SANTE

 

RÉSUMÉ INTRODUCTIF.

  1. La Loi énumère les branches de l’art de guérir (Décret du 19 mars 1952), elles concernent ceux des Professionnels de santé qui sont impliqués dans la gestion des maladies et des malades.

  2. Les Professionnels de santé exercent différemment l’art de guérir :

  3. Certains l’exercent en plénitude, c’est-à-dire, partant du diagnostic jusqu’aux conséquences de leurs décisions, en passant par la thérapeutique instituée, en ce qui concerne la pathologie de leurs ressorts respectifs et peuvent effectuer des recherches sur tous ces sujets : ce sont les Médecins (pour la Médecine en général) le les Chirurgiens Dentistes (pour les maladies de la bouche et de la dent), les Médecins Vétérinaires (pour la Médecin des animaux) ou Assimilés.

  4. Certains ne l’exercent pas dans sa plénitude : ce sont les Pharmaciens d’Officine, les Infirmiers (ères) et Accoucheuses ou Assimilés.

  5. Certains Professionnels de santé n’exercent pas à proprement parler l’art de guérir, bien qu’ils exercent une des branches des sciences de la vie. Ce sont tous les autres Professionnels de santé.

  6. Ceux qui exercent l’art de guérir et selon la Classification Internationale Type des Professions (CITP), du Bureau International du Travail (BIT, qui en définit les tâches :

  7. Les médecins et les spécialistes assimiles (à l’exception des cadres infirmiers) effectuent des recherches sur les concepts, des théories et des procédés, les améliorer ou en mettent au point de nouveaux et appliquent des connaissances scientifiques en médecine, en dentisterie, en médecine vétérinaire, en pharmacie et touchant à la promotion de la santé.

  8. Les dentistes effectuent des recherches sur des concepts, des théories et des procédés, les améliorent ou en mettent au point de nouveaux, et appliquent les connaissances acquises en médecine dentaire.

  9. Les vétérinaires effectuent des recherches sur des concepts, des théories et des procédés, les améliorent ou en mettent au point de nouveaux, et appliquent les connaissances acquises en médecine vétérinaire.

  10. Les pharmaciens appliquent les concepts et les théories de la pharmacologie dans la préparation, la délivrance ou la vente de médicaments.

  11. Les cadres infirmiers et les accoucheuses secondent médecins et chirurgiens dans leur tâche, font face aux urgences en leur absence et dispensent des soins professionnels aux malades, aux blessés, aux handicapés physiques et mentaux et à toute autre personne dont l’état réclame une telle attention, ou procèdent ou aident à la délivrance des femmes en couches, prodiguent des soins prénatals et postnatals et instruisent les parents des soins à dispenser aux nouveau-nés.

  12. Les diététiciens et les spécialistes de la nutrition effectuent des recherches sur des concepts et des procédés concernant la préparation et l’application de régimes alimentaires à des fins thérapeutiques ou non, les améliorent ou en mettent au point de nouveaux.

  13. Les kinésithérapeute et les travailleurs assimilés traitent des affections du squelette, des muscles et de certains parties du système circulatoire et du système nerveux par des méthodes manuelles, par les ultrasons, la chaleur, le faisceau laser ou par des méthodes similaires, ou appliquent la kinésithérapie et d’autres méthodes thérapeutiques apparentées comme faisant partie du traitement de personnes atteintes d’infirmité physique, de maladie mentale ou de déséquilibre.

  14. Les techniciens des sciences de la vie accomplissent des tâches de caractère technique dans le cadre de la recherche biologique et de recherches appliquées à d’autres sciences de la vie et en rapport avec la mise au point d’applications industrielles, agricoles, médicales, sanitaires et d’autres applications des résultats de ces recherches.

  15. Les optométriciens et les opticiens prescrivent et ajustent les lunettes et les verres de contact et donnent des conseils sur leur utilisation ou sur l’utilisation d’autres appareils de correction de la vue, sur l’éclairage correct pour certains travaux et pour la lecture.

  16. Les autres membres des professions intermédiaires de la médecine moderne (à l’exception du personnel infirmier) accomplissent des tâches de caractère technique en rapport avec la recherche et l’application des concepts, des principes et des méthodes de la médecine, de la médecine vétérinaire, de la médecine dentaire, de la pharmacie, de l’assainissement, de la préservation de la santé et de disciplines apparentées.

  17. Le personnel d’aide travaillant dans les hôpitaux, les établissements de soins de longue durée, les dispensaires et les centres de soins de santé primaires, sous la supervision d’une infirmière. Ce type de personnel n’a fait que des études du niveau secondaire ou a reçu une formation en cours d’emploi.

  18. Ceux qui n’exercent pas directement l’art de guérir

  19. Les techniciens d’appareils électromédicaux assurent le fonctionnement et le réglage d’appareils techniques pour le diagnostic et le traitement d’affectations et de troubles pathologiques.

  20. Les Hygiénistes prodiguent leur concours et leurs conseils techniques quant aux mesures propres à rétablir ou à améliorer des conditions sanitaires, dont ils surveillent l’application.

  21. < >< >

    Les Administrateurs Gestionnaires des Institutions de Santé ont des tâches de gestion qui consistent à planifier et mettre en œuvre la politique de l’entreprise ; à établir des prévisions budgétaires, à négocier avec les fournisseurs, les clients et d’autres organismes ; à planifier et contrôler l’utilisation des ressources et à recruter le personnel ; à diriger le travail quotidien ; le cas échéant ; à faire rapport au propriétaire ; à surveiller d’autres travailleurs.

  22. La Loi détermine pour chaque branche de l’art de guérir, les conditions d’accès et les peines pour exercice illégal de cette branche de l’art de guérir (D. du 19 mars 1952 et mesures d’application)

  23. Des lois en vigueur subordonnent l’accès à certaines professions à l’inscription au Tableau d’un Ordre professionnel et un régime disciplinaire. Il s’agit de : l’Ordre des Médecins (O.L n°91-018 du 30 mars 1991)

  24. Ces lois instituent un Code de Déontologie dont cet Ordre est garant. Il s’agit du Code de Déontologie médicale (Ord n°70/158 du 30 avril 1970) et du Code de Déontologie pharmaceutique (Annexe à l’O.L n°91-018 du 30 mars 1991)

  25. Les usages, dont certains (pour les pharmaciens) sont consacrés par la Loi, subordonnent l’accès à toutes les branches de l’art de guérir à la prestation d’un Serment (Serment d’Hippocrate pour les Médecins), (Serment de Galien pour les Pharmaciens) et (Serment d’Infirmiers (ères) pour les Infirmiers et Accoucheuses).

  26. D’une façon générale

  27. Nul ne peut exercer une profession ou fonction pour laquelle un grade académique est exigé, s’il n’a pas obtenu ce grade et l’entérinement de son diplôme (O.L n°82-005 du 6 février)

  28. Le Président de la République détermine en vue de l’exercice des professions auxquelles donnent accès les études dans les écoles d’enseignement technique médical et paramédical la correspondance entre les diplômes et certificats délivrés en vertu des dispositions antérieures relatives à l’organisation de l’enseignement médical et les diplômes, brevets ou certificats délivrés conformément à la Loi et à ses mesures d’exécution. (O.L n°66-299 du 14 mai 1966).

  29. D’une façon générale aussi les Professionnels de santé sont des diplômes des écoles, instituts supérieurs et faculté dispensant différents niveaux de l’enseignement médical ou paramédical reconnu comme tel. Des lois et des textes réglementaires pris en vertu de ces lois régissent le curriculum à suivre pour l’obtention de ces diplômes ou certificats équivalents.

  30. Pour tout professionnel de santé diplômé d’une Université étrangère aux pays non tropicaux, un diplôme spécial de médecine tropicale délivré par une université ou par une école de médecine tropicale et un certificat d’un stage dont les modalités et la durée seront déterminées, sont exigés.

  31. Pour les Médecins diplômés des facultés dans les pays non tropicaux (A.R du 28 novembre 1932. Modifié par l’A.R du 15 décembre 1953) et (Ord Gouv.Gén n°71/81 du 19 février 1958)

  32. Pour les autres professionnels de santé (A.M du 26 mars 1960)

    En République Démocratique du Congo, la formation des Professionnels de santé est organisée dans les Universités, les Institutions Supérieures des Techniques Médicales (ISTM) et les Instituts des Techniques Médicales (ITM) qui peuvent être regroupées en Institut d’Enseignement Médical (IEM).

 

Veuillez cliquer les sous-rubriques à gauche pour continuer la navigation